Promo !
L004 - LA RELIGION dans la PLAINE INDO-GANGETIQUE

L004 – Les religions dans la Plaine Indo-Gangétique Védisme – Brahmanisme – Bouddhisme – Jaïnisme (1 500 à 300 av. J.-C)

€7.48 Gratuit !

Livret de 24 pages – 12 Photos – Cartes

Lire le livret

Catégorie :

Description du produit

Livret de 24 pages – 12 Photos  – Cartes

Nous sommes au début des années 1 500 av. J.-C, nous nous trouvons dans le Nord-Ouest de la grande plaine Indo-Gangétique où nous allons rencontrer les « acteurs » vivant dans cet « espace ».Qui sont ces « acteurs » ? Ce sont les Indusiens occupant cet « espace » depuis plus de 3 000 ans et les Aryens des nouveaux venus.Les Indusiens au cours des millénaires précédents ont engendré la prodigieuse « civilisation de l’Indus » que nous vous avons présenté  dans notre Livret – Réf : 002. Ces Indusiens sont des sédentaires, ils sont pacifistes. Leur société est remarquablement organisée ; leurs agricultures et industries prospères. Ils produisent des outillages et des bijoux de qualité. Ils commercent intensément et exportent vers les pays voisins. Ils ont une religion dont nous ne savons rien… Ils ont l’écriture.

Les Aryens, eux, viennent d’arriver dans la grande plaine. Ils viennent de très loin à l’Ouest, des régions des steppes russo-sibériennes où ils ont nomadisés pendant des siècles en poussant leurs troupeaux. Ils parlent la même langue le sanscrit et pratiquent la même religion, dont les hymnes sacrés sont admirables.

 

Leurs structures politiques, sociales, économiques sont exceptionnelles. Ils sont industrieux. Ils inventent, par exemple, le harnachement du cheval et la roue à rayons. Ils travaillent les métaux, dont le fer et fabriquent des armes et outillages de grande qualité. Ils sont des conquérants et des guerriers.

 

Entre ces deux communautés il y aurait pu avoir un affrontement terrifiant car tout les opposait… Et pourtant, il n’en fut rien. Après de longues périodes d’observation réciproque « on » se rapprocha et, incroyable il y eut « osmose » entre ces deux communautés si différentes.

 

Cette « osmose » ne vint pas « comme cela » !

 

L’interpénétration des cultures indusiennes et aryennes fut certainement difficile. Il y eut des hauts. Il y eu des désespérances mais tous les obstacles furent surmontés dans un bouillonnement inouï de pensées profondes et élaborées et de cette effervescence va naître une culture (la culture hindoue) et des religions (Hindouisme, Bouddhisme, Jaïnisme) qui vont modeler une grande partie de l’humanité

 

Revivons ce parcours :

 

–       1 500 av. J.-C, les Aryens arrivent progressivement dans la grande plaine de l’Indus,

–       1 500 à 1300 av. J.-C, les Indusiens et les Aryens s’observent et apprennent à se connaître,

–       1 300 av. J.-C, Indusiens et Aryens se sont « trouvés ».

 

Désormais, ils vont penser, méditer, prier ensemble et œuvrer à la conception et à la rédaction (en sanscrit archaïque) des textes sacrés qui, par « osmose » de leurs pensées propres, vont engendrer la religion Védique.

 

Avec le Védisme ils deviennent des Indo-Aryens et leur première œuvre sera le Rig-Veda une œuvre gigantesque que sera achevée ver l’an 1 000 av. J.-C.

 

Le Rig-Veda est le premier des 4 Vedas. Il comporte 1 010 « chants » et 10 402 « stances ». C’est un ouvrage prodigieux.

 

Les 3 Vedas suivants (le Yajur-Veda, le Sama-Veda et Arthava-Veda) seront conçus et rédigés entre 1 000 et 600 av. J.-C.

 

Les 4 Vedas constituent la Shruti, c’est-à-dire la « révélation » inspirée par les dieux aux « Rishi »  (les sages).

 

Les Vedas sont d’une importance extrême. Ils sont les fondements de l’Hindouisme.

 

Les Vedas sont accompagnés de «  textes dérivés » qui commentent, interprètent, illustrent les Vedas. Certains de ces textes sont considérés comme « sacrés » et son inclus dans la Shruti. Ces textes représentent une « masse » énorme d’écrits, dont les plus connus sont les Upanishads, les Puranas (900 000 stances de 2 vers de 18 syllabes), les Brahmanas, etc.

 

L’ensemble de ces textes est admirable, mais cependant certains prêtres (Brahmanes), considérant qu’ils n’avaient pas rempli leur mission de vulgariser les doctrines védiques auprès des masses populaires, vont inventer le Poème Epique qui met en scène des humains ordinaires se sublimant dans l’observance des grands principes de vérité, de courage, de don de soi…

 

Le succès de ces poèmes fut immédiat et immense.

 

Les deux plus grands Poèmes Epiques dont :

 

–       Le Mahabarata, à la fois une « encyclopédie » de la pensée et une extraordinaire fresque historique (18 livres et 200 000 vers de 18 syllabes),

–       Le Ramayana, un immense poème d’amour (7 livres et 58 000 vers).

 

Au cours des siècles de 1 300 aux environs de 700 av. J.-C, les prêtres (les Brahmanes) vont jouer un rôle très important et leur prestige est immense. Ils vont alors déborder de leur rôle spirituel et culturel pour régir l’administration et même l’économie.

 

Le Védisme ne réagira pas et s’effacera au profit d’une nouvelle doctrine le Brahmanisme qui réorganisera la hiérarchie sociale de la société et donnera aux prêtres un pouvoir illimité pour réformer la religion et les traditions védiques. Ces réformes seront très mal accueillies par la masse indo-aryenne et, dès les années 500 av. J.-C, seront de plus en plus contestées.

 

En somme la porte est ouverte aux schismes qui essaieront de répondre aux préoccupations de la masse en créant des concepts religieux-philosophiques répondant aux problèmes de l’homme.

 

Ces schismes disparaitront rapidement à l’exception de deux : le Bouddhisme de Siddharta Gautama et le Jaïnisme conçut par Mahavira.

 

 

Le Bouddhisme

 

Siddharta Gautama nait en 546 av. J.-C (date approximative). Il est le fils du souverain d’un petit royaume situé dans la basse vallée du Gange. Il sera un enfant choyé. Adolescent, il est marié à 16 ans à une ravissante princesse qui lui donne un enfant. Il vit alors pleinement une vie de cour mondaine et superficielle.

 

Puis, un jour, il découvre les problèmes de « l’être humain » et il abandonne tout, sa famille, la cour et sa vie de plaisir.

 

Pendant 10 années, il errera, priant, méditant avec les Sages et les ermites jusqu’à son « Eveil » qui lui permettra de découvrir la vérité et d’atteindre la vie éternelle, le Nirvana. A partir de « l’Eveil », il prêchera sa doctrine, rassemblant des milliers, puis des millions de fidèles.

 

Il meurt en 466 av. J.-C, à l’âge de 80 ans.

 

Après la mort de Gautama, le Bouddha, le Bouddhisme connaitra de nombreux soubresauts… qu’il surmontera pour rester le refuge de millions d’humains.

 

 

Le Jaïnisme

 

Mahavira nait en 530 av. J.-C. Il est le fils du roi d’un grand état le Livachi. Il aura une vie très semblable à celle de Gautanma : enfance heureuse, adolescence privilégiée, mariage princier. Mais il est tourmenté par les problèmes du monde et à 28 ans il quitte tout. Il erra pendant 12 ans, menant une vie de grande privation, puis il s’assiéra sous un arbre et méditera pour atteindre la « Vérité ».

 

Sa doctrine est basée sur la non-violence absolue et sur la droiture. La vue droite, la connaissance droite, la conduite droite.

 

Le Jaïnisme connaitra un succès limité, mais il survivra à toutes les attaques et compte encore aujourd’hui plus de 30 millions de fidèles.


RETOUR IMPRIMER