Promo !
L008 - L Empire KOUCHANl

L008 – L’Empire Kouchan (Kushan) (30-325)

€4.67 Gratuit !

Livret de 10 pages – 3 Photos – Cartes

Lire le livret

Catégorie :

Description du produit

Livret de 10 pages – 3 Photos – Cartes

Au cours du 1er millénaire av. J.-C, un peuple indo-européen, parlant une langue indo-européenne, les Yuechi nomadisait dans les environs du bassin de Tarim au Nord-Ouest de la région que nous connaissons aujourd’hui, sous le nom de Région Autonome du Xinjiang de la République Populaire de Chine.

Ces Yuechi étaient bien organisés politiquement et socialement. Leurs populations, nombreuses se répartissaient en cinq clans. Leurs troupeaux étaient innombrables et leurs activités commerciales prospères. Ils possédaient et exploitaient de très riches carrières de jade et devinrent les plus importants fournisseurs de jade de la Chine qui en consommait énormément pour la fabrication de bijoux et d’œuvres d’art.

 

Les relations que les Yuechi entretenaient avec la Chine, probablement du fait de leurs livraisons de jade, étaient très bonnes, à la différence de tous leurs voisins nomades qui régulièrement lançaient des raids de pillage sur le territoire chinois.

 

Vint le temps où la grande dynastie Han adopta une brutale politique de réactivité à l’égard des nomades : construction de la Grande Muraille et création de solides troupes de défense des frontières. Les nomades éprouvèrent alors de plus en plus de difficultés à mener leurs raids en Chine et une grande partie de leurs tribus commencèrent à migrer vers l’Ouest.

 

Ce fut le cas des Xong-Nu, une des plus puissantes tribus de l’Est qui, alors se déplaça et atteignit le Xinjiang où ils se heurtèrent aux Yuechi, qu’ils écrasèrent.

 

Les Yuechi durent abandonner leurs territoires et fuirent vers l’Ouest.

 

Nous sommes alors dans les années 170 av. J.-C. Les Yuechi vont gagner le Ferghana, puis combattre les Parthes et les Scythes avant d’atteindre l’Amou-Daria qu’ils traverseront pour occuper la Bactriane.

 

Au cours des siècles passés, les Bactres (occupants de la Bactriane) ont connu de nombreux envahisseurs : Perses, Scythes, Parthes, Grecs… Ils ont toujours réussi à les « absorber ». Aussi ils acceptent les Yuechi.

 

Très vite les Yuechi se sédentariseront puis finiront par assumer la gouvernance de la Bactriane.

 

Au début du 1er siècle de notre ère, Kujula Kadphisès, chef de la tribu des Guishuang, une des cinq tribus du peuple Yuechi, assassine les quatre autres chefs de tribus Yuechi et intègre leurs tribus dans sa propre tribu Guishuang.

 

Kujula crée alors le royaume Kushuna dont il sera le roi.

 

Nous savons peu de chose du règne de Kujula, sinon qu’il fut un bon administrateur du royaume et un grand général, conquérant successivement le Gandhara, les provinces frontières du Nord-Ouest de l’Inde, une grande partie de l’Afghanistan et enfin le Cachemire.

 

Il mourut à 80 ans, de mort naturelle, ce qui est exceptionnel en ce temps-là (nous ne connaissons pas la date de sa mort). Son fils Wina Kadphisès lui succéda.

 

Wima fut, comme son père, un grand conquérant qui ajouta à son royaume la Vallée de l’Indus, le Punjab, le Doab et enfin la Vallée du Gange.

 

La superficie de son territoire est de l’ordre de 5 millions de km2, et le Kushuna est alors un des plus grands empires du monde avec l’empire Han en Chine et l’empire Romain en Occident.

 

Nous ne savons pratiquement rien de précis sur le règne de Wina. Nous constatons seulement que la sécurité est assurée dans tous les territoires, l’administration est efficiente et le royaume est prospère.

 

Nous ne connaissons pas la date exacte de la mort de Wima. Il sera succédé par son fils : Kaniska 1er probablement au tout début du 2ème siècle (il n’est malheureusement pas possible de donner une date plus précise).   Kaniska 1er sera le plus grand souverain de cet empire Kouchan.

 

Kaniska hérite de territoires dont la superficie est immense et dont la diversité ethnique, économique, religieuse et culturelle est fabuleuse. Par la Bactriane, dont il est le souverain héréditaire, Kaniska appartient à l’Asie Centrale, il est un homme des steppes. Par l’Afghanistan, il se frottera à la Perse et par la Perse, il abordera le Moyen-Orient et la Méditerranée. Enfin par le Ghandara, il pénétrera la grande plaine Indo-Gangétique où il assumera naturellement la pérennité de l’empire Maurya, le premier empire unifié de la Péninsule Indienne.

 

Les contacts universels que Kaniska entretiendra dès son adolescence feront de lui un tolérant ouvert sur le monde, et il ne sera pas un guerrier… Il est un diplomate né qui privilégiera des relations suivies avec la Chine, la Perse, et même avec Rome, tout autant qu’avec le Champa(Vietnam) et l’Insulinde.

 

Bien que nous n’ayons pratiquement aucun détail précis sur l’administration de Kaniska, nous pouvons dire qu’il fut un grand administrateur, car ses territoires connaissaient la sérénité et des développements économiques remarquables.

 

Comme beaucoup, en son temps, Kaniska est passionné par les problèmes religieux et il respecte toutes les religions présentes sur ses territoires.

 

Contrairement à ce que beaucoup de chercheurs ont prétendu, il ne fut jamais bouddhiste. Il était très proche de cette religion, mais il ne se permit jamais d’en devenir un fidèle, car il considérait que ce serait faire injure à ceux de ses sujets qui n’auraient pas appartenus à la religion que lui-même avait choisi. Il était « au-dessus ». Il appartenait à toutes les religions.

 

Evidemment Kaniska rêvait d’un syncrétisme religieux qui aurait pu unifier ses sujets.

 

Enfin, dans le domaine artistique, Kaniska fut un passionné de l’art Indo-Grec de Gandhara, qu’il encouragea en toute occasion ; nous pouvons penser que cet art n’aurait pas atteint son exceptionnel développement dans toute l’Asie sans l’appui de Kaniska.

 

Nous pouvons prétendre, bien que nous ne sachions que peu de chose concernant l’épopée de Kaniska 1er, qu’il fut l’un des très grands souverains de l’humanité, et qu’il a été très injustement ignoré.

 

Les successeurs directs de Kaniska furent Vasiska, Nuviska, Vasudeva (dont les dates sont inconnues) ; probablement à la fin du 2ème siècle et au début du 3ème siècle.

 

Vasudeva porte un nom indien, preuve de son assimilation confirmée par l’apparition de dieux hindous sur ses monnaies.

 

Vasudeva est généralement considéré comme le dernier souverain de l’empire Kouchan qui par la suite se maintiendra pendant près de deux siècles au Gandhara et à Taxila.


RETOUR IMPRIMER