Promo !
L015 - Dynastie des Tughluq

L015 – Les Sultanats de Delhi Dynastie Tughluq (1320-1413)

€5.61 Gratuit !

Livret de 15 pages – 13 Photos – Cartes

Lire le livret

Catégorie :

Description du produit

Livret de 15 pages – 13 Photos – Cartes

Ghazi Malik  (Ghazi est un surnom signifiant «  Tueur d’Infidèles ») était un brillant officier qui servit sous la Dynastie des Esclaves, puis sous la Dynastie Khalji, avant de devenir Gouverneur du Punjab.Malik prit alors le nom de Ghiyas ud-Din.

En 1320, Ghiyas attaquera Khusru Khan qui venait d’être nommé Sultan de Delhi. Khusru fut tué lors de leur rencontre, il est donc le dernier Sultan de la Dynastie Khalji. Il n’a régné que 3 mois.

 

Ghiyas prend alors le pouvoir sous le nom de Tughlucq Shah, fondant la Dynastie du même nom.

 

Dès sa montée sur le trône, Ghiyas doit faire face à une nouvelle invasion Monghole du Nord-Ouest de l’Inde, qu’il repousse brillamment : se révélant un grand général.

 

Puis il gagne le Deccan (plateau central de l’Inde) il écrase et massacre les Kakatiya, s’emparant de leurs territoires et assurant, pour la première fois, au Sultanat de Dehli, la domination du Deccan.

 

Ghiyas ne fut pas qu’un grand général, il fut un remarquable administrateur doublé d’un bâtisseur infatigable. C’est lui qui construisit le grand Fort de Tuglaquabad, près de Delhi.

 

Il aurait probablement été un des grands souverains de l’Inde si il n’avait pas été assassiné en 1325, après seulement 4 ans de règne, par ses deux fils Juna et Mahmud.

 

Juna lui succéda sous le nom de Mahmud Bin Tughlucq.

 

Juna est un grand lettré, remarquablement cultivé, qui toute sa vie s’entourera de philosophes et d’artistes.

 

Il est aussi un bon stratège et, il comprend vite que le Sultanat de Delhi, avec pour capitale Delhi est trop excentré par rapport aux royaumes du centre et du Sud qui sont alors en plein développement et, qui un jour prochain pourraient attaquer le Nord.

 

Pour parer à ce danger, il imagine (probablement avec raison) qu’il lui faut installer le centre de son pouvoir et de commandement au cœur de la Péninsule Indienne.

 

Et en 1325, il décide brutalement, impétueusement que Delhi sera évacuée avec toute sa population (près de 900 000 personnes) et s’installera au centre du pays à Devagiri (aujourd’hui Daulatabad près d’Aurangabad).

 

La tradition veut que lorsque le Sultan enverra des cavaliers à Delhi pour s’assurer que la ville est bien désertée, ils ne trouveront de vivant qu’un chat…

 

Des milliers mourront sur la route… et finalement la capitale du Sultanat s’implanta à Devagiri.

 

Mais une fois le Sultan parti, les Princes du Nord s’agiteront et 4 ans plus tard le désordre règne dans la grande plaine Indo-Gangétique. Alors Muhamad décide, en 1329, de retourner à Delhi.

 

Retour et toujours des milliers de morts.

 

De Delhi, il gagnera le Bengale puis le Punjab qu’il pacifiera, imposant sa loi et l’autorité du Sultanat.

 

Puis, musulman fanatique, il se dédie à la conversion des Hindous : destructions des temples restants, interdictions de toutes réunions… Et massacres.

 

En 1351, il part conquérir le Sind où il contracte les fièvres du pays et meurt, après avoir régné 26 ans.

 

Firuz, sous le nom de Firuz Hah Tughlucq succède à Muhamad, dont il est le cousin.

 

Firuz commence par assurer sa sécurité en massacrant tous les fils et proches encore existants du Sultan Ghiyas.

 

Il abandonne définitivement Devagiri et s’installe à Delhi… d’où il va conquérir :

 

–       Le Bengale : 1356  à 1359,

–       L’Orissa :      1360,

–       Le Sind :       1362.

 

Il fut tout à la fois :

 

–       grand bâtisseur : ville de Firuzabad (la nouvelle Delhi), rénovation de villes anciennes… travaux routier, d’irrigations …,

–       administrateur exceptionnel,

–       fin lettré, il patronne artiste indiens et étrangers.

 

Mais, il est totalement intolérant. Il massacre et persécute les hindous. Il meurt en 1388, de mort naturelle, ce qui n’est guère « normal » à cette époque.

 

Beaucoup le considère comme un personnage fascinant.

 

Son petit-fils lui succédera : Ghiyas ud-Din Tughlucq qui régnera 5 mois… juste le temps nécessaire pour assassiner tous ses frères et cousins (certains disent 37, d’autres disent 60…).

 

Il est lui-même assassiné.

 

7 Sultans lui succéderont de 1389 à  1412. Des incapables qui, par miracle, réussiront à maintenir une certaine cohésion du Sultanat.

 

Au cours de leurs règnes, de 1398 à 1399, nous aurons « l’intermède » Timur, un des évènements les plus effroyables de l’Histoire du Monde.

 

En 1398, Timur (ou Tamerlan) franchit l’Indus, ravage le Punjab, rase Lahore où il laisse une pyramide de 100 000 têtes.

 

Il atteint Delhi en décembre 1398 et donne trois jours de « liberté » à ses troupes, qui pillent Delhi et massacrent une grande partie de la population.

 

Timur se retirera après avoir donné ordre à ses 150 000 soldats de massacrer les deux esclaves qui avaient été attribués à chacun d’entre eux, dans leur butin. En une seule après-midi, 266 000 hommes dit « esclaves », seront égorgés.

 

Delhi et ses environs sont en ruine… on peut même dire qu’il n’existe plus rien.

 

Et pourtant, c’est incroyable, des survivants vont reconstruire.

 

Il faudra 14 ans pour qu’une nouvelle ville prenne vie. Pendant tout ce temps les derniers Sultans de la Dynastie Tughlucq assureront un minimum d’ordre et de sécurité, permettant la reconstruction, jusqu’à ce que Khizir Knah Gouverneur du Punjab, en 1414 prenne le pouvoir en créant la Dynastie des Sayyid.

 

La Dynastie des Tughlucq, laisse forcément « rêveuse », pour pas dire « fascinée ». Grandeurs sublimes, atrocités, brutalités extrêmes, intolérances religieuses inégalées, et toutes ces horreurs accompagnées d’élégance, de finesse, de culture.


RETOUR IMPRIMER